MOOC Rue89 ou comment je suis partie en balade sur les réseaux sociaux

Je pense rentrer dans la catégorie des MOOC addicts. Bon, autoproclamée, certes, mais avec les 12 intégralement suivis (je ne compte pas les MOOC picorés faute de temps) ces 6 derniers mois, je pense que je peux le dire.

Ou alors je suis boulimooc…

S’il en est un que j’attendais avec impatience, c’est  le MOOC « Informer et communiquer sur les réseaux sociaux » de Rue89.

MOOC espérances ?

Si vous m’avez un peu lue au fil des topics, vous avez forcément perçu (quoique je ne sois pas très difficile à cerner sur ce point) que les réseaux sociaux (enfin surtout Facebook) et moi, ce n’est pas vraiment le grand amour…

Du coup, j’espérais quelques clés pour faire un – grand – pas en avant !

Les clés des réseaux sociaux avec le MOOC Informer et communiquer sur les réseaux sociaux de Rue89

Je n’ai pas été déçue.

Percutant, agréable à suivre et plein de conseils, trucs et astuces pratiques. Les vidéos sont parfaites, pas ch… et les cours alternent interviews, ressources complémentaires, tuto, … et forcément les QCM. Le groupe Facebook est animé aux petits oignons, et le compte Twitter actif comme il faut. C’est vraiment un excellent MOOC !

  • Le petit plus que j’ai adoré : le fil rouge avec Dominique Cardon et ses décryptages sociologiques des réseaux sociaux.
  • Mon seul regret : n’avoir pas été jusqu’au bout. Au-delà de la certification (toujours sympa de l’avoir mais pas une question de vie ou de mort), plutôt un sentiment d’inachevé.

Première semaine de mise en bouche, sur l’intérêt des réseaux sociaux pour promouvoir son business, quel qu’il soit, tour d’horizon des différents médias, problématiques de configuration de la confidentialité des comptes, tout ça…

Un petit point – pourtant logique, cohérent, the-wall-azap-misszaple B.A.BA – m’a un tantinet, et c’est peu de le dire, agacée : avoir une charte graphique identifiable & commune sur tous les comptes…

J’ai beau le savoir, c’est quand même le grand retour du bad trip de la charte graphique, éditoriale et tout le toutim [à (re)lire ici].

Petite déprime.

État des lieux

Du coup, grande inspiration nicotinisée (sans mégots par terre Le Maxi-Mottain, promis !), cahier à la main et neurones connectés pour la 1ère étape : check global des comptes sociaux du blog et uniformisation de la charte graphique.

Configuration et mise à jour des réseaux sociaux du blog

Peu de temps après avoir créé le blog, j’avais ouvert des comptes sur un peu tous les réseaux, histoire de réserver le nom.

Je ne me rappelle même plus, en dehors des plus connus, tous les médias sur lesquels il y a une Miss Zap … et vu qu’avec l’implosion du pommebook au cours du week-end pascal, les favoris de Firefox se sont faits la malle dans les sauvegardes, difficile de retrouver mes petits.

Je crois qu’il y a un reddit, un tumblr, un flickR, un yahoo, évidemment youtube et viméo, et … ?

Petit constat consternant : Google+ que j’avais pourtant relié au blog n’a pas été « alimenté » automatiquement comme je l’espérais. Instagram tout pareil. Je devais porter des moufles le jour des paramétrages…

En même temps, je n’y suis pas allée depuis que je les ai créés. Ça doit vouloir dire quelque chose, non ?

Donc, en résumant :

✅ Twitter –  ✅ Facebook – ✅ Pinterest – ✅ Youtube

❌ Instagram – ❌ Google +

Aucun intérêt vu le thème du blog – dans l’immédiat et en dehors de tests à venir – de tâter le terrain du côté des réseaux pros, ou spécialisés (photos, vidéos, musique…).

Si c’est pas un début de commencement de stratégie, ça.

A l’attaque de la charte graphique  :

La première étape, finir d’uniformiser les visuels des profils. Chaque réseau ayant son « canevas » propre, il a fallu procéder mé-tho-di-que-ment. Sinon, grosse galère à faire et refaire, l’image ne collant jamais au cadre. Je sais, j’ai testé. Beaucoup.

Pour se faciliter la vie, l’idéal est la récupération des pré-requis de chacun des médias sociaux. Là, c’est assez facile, il existe nombre d’infographies sur le sujet. Je vous en propose une assez complète ci-dessous :

Infographie : guide 2016 taille des images et vidéos des réseaux sociaux

Cliquer sur l’image pour accéder à l’infographie en totalité sur Pinterest

Une fois en possession de l’ensemble des pré-requis, ainsi que des photos et logos souhaités, j’ai utilisé Canva, un outil gratuit en ligne assez génial pour rapidement créer toutes les covers souhaitées aux bons formats.

Je vous parlerai dans un prochain topic de cet outil et d’autres en tests, des images et des formats, de compression et d’optimisation SEO pour le blog et de tout un tas d’autres trucs techniques.

Ne partez pas en courant

Après, un petit blabla pour la bio, quelques mots-clés ou hashtags là où il faut et le tour est joué.

Parée pour se lancer, l’impression d’avoir fait un grand pas en avant (long le pas quand même) !

Un peu de ménage ?

J’avais naïvement espéré qu’une fois paramétré et joliment (je sais, c’est toujours très subjectif) mis en forme, le gros du boulot était fait.

Bah non, ma brave dame, après il faut :

  1. Organiser sa veille
  2. Planifier ses publications
  3. Faire vivre sa communauté

Pour la veille en général, je vous avais déjà présenté l’agrégateur de flux que j’utilise depuis longtemps, Netvibes, et comment créer un compte gratuit. A (re) lire ici.

J’en profite pour vous dire que j’ai mis à jour le dashboard du blog, et que je commence à y intégrer le fil de certains sites que je suis régulièrement.

N’hésitez pas à y faire un tour :Le dashboard public du blog @-Zap de Miss Zap

D’ailleurs, en parlant de veille, un petit coup d’humeur : à force de voir passer des articles aux titres sortis des mêmes moules (5 conseils pour…, 10 sites …, comment faire pour avoir plus de clics, ou plus de ceci ou cela, etc, etc,…), un vague sentiment de formatage général.

OK, j’ai bien compris. Toutes les études indiquent qu’il y a plus de clics si le titre est comme ci ou comme ça. En même temps, quasi TOUS les titres sont sur le même format. Alors, qui de la poule ou de l’œuf ?

Pour la planification des publications, que dire ? A part que je n’arrive déjà pas à tenir les délais que je me fixe pour le blog, alors planifier sur les réseaux ?

Chronophage tout ça.

Ah, j’ai toujours quelques soucis parfois à voir les notifications. Peut-être parce que je les ai toutes désactivées ?

Quand tout ton matos (les 2 pomme-phones, le pomme-book et le pomme-pad) est synchronisé, la moindre notification qui arrive et c’est le début du concert de bips et de trucs affichés sur les écrans. Autant c’est parfois très gênant en réunion,  autant c’est insupportable au milieu de la nuit.

Pour l’anecdote, le compteur des notifications Facebook s’arrête à 99… Bloqué.

Mon grand copain Twitter

Avec Twitter, j’avais le sentiment que les choses seraient toutes simples. L’objectif était juste de se lâcher un peu.

J’ai installé Tweetdeck il y a des années pour gérer mes 3 comptes (oui, oui, je ne mélange pas les casquettes) et je m’en sers professionnellement depuis autant de temps.

J’ai quand même recréé un compte pour le blog, et à l’occasion du grand piratage des mots de passe, supprimé les 2 plus anciens. Plus que 2 à gérer ! Le plutôt juridique (celui avec lequel je m’amuse le plus d’ailleurs bizarrement), et celui du blog.

Vous avez bien entendu changé vos mots de passe ?

Tweetdeck permet d’organiser sa veille Twitter en colonnes. Du coup, on peut voir d’un seul coup d’œil un ou plusieurs comptes, les listes ou recherches # sauvegardées, les messages et notifications, et programmer la diffusion de tweets. J’explore en ce moment les fonctions de collections, à voir avec l’usage.

Un peu de ménage dans les comptes suivis, la création de listes diverses selon mes nombreux centres d’intérêts variés (bon, 20 colonnes à suivre à ce jour), éventuellement un zeste de programmation pour éviter de Twitter 10 fois d’affilée puis plus rien le reste de la journée et ça roule.

Autre petit outil qui me semble également incontournable pour gazouiller : Bitly ou tout autre service de raccourcisseur d’url. Même si un lien très long sera intégré automatiquement, le raccourcir permet d’avoir plus de place (140 caractères !!!) pour commenter et/ou intégrer un #.

Le bonus : en créant un compte sur l’un de ces sites, il est possible de suivre le nombre de clics sur ses liens. Ça permet de voir qu’effectivement, les tweets ne sont pas souvent lus avant « d’être aimés » ou RT (1). Perso, je ne tweete ou ne retweete que ce que j’ai ouvert et lu. Les titres sont souvent trompeurs.

Un drôle de phénomène se déclenche quand on intègre un # dans ses tweets : 3 secondes après, on a X notifications d’ajout sur listes. Aujourd’hui, sur le @Azapblog, j’ai été listée 33 fois… La palme : #startup, #growthhacking, #digitalmarketing et #bigdata => les bots sont très actifs sur ces sujets. #LoiTravail fonctionne aussi très bien.

Les Trending Topics (ou TT, soit les hashtags en vogue à l’instant T) permettent de voir le buzz du moment. Faudra quand même qu’on m’explique pourquoi certains TT émergent ?  #LesPrincessesOntDesPoils ? Sérieux ?

De l'origine des trending topics ?

Au delà de ça, un petit sentiment de début de maîtrise !

Paramètrages des comptes sociaux une fois la charte graohique décidée

Facebook : la réconciliation ?

Je vous vois d’ici vous poser la question. Parce que finalement, c’est avec mon grand ennemi Face de bouc que j’avais le plus de difficultés.

D’abord, un grand merci à NatIla, du blog Italie Passion, qui m’a vraiment tenu la main et a pris beaucoup de temps pour me guider.

J’avais commencé gentiment à aimer certaines pages pour les voir sur mon mur, et partager sur la page les actus sympas. Avant de me rendre compte que c’était un poil pénible ensuite pour aimer ou partager un truc en tant que page puisque l’actu est liée à ton profil. Donc rebelote, j’ai recommencé en tant que page.

Et là, tu te rends compte que pour lire les publications des pages aimées en tant que page, c’est la croix et la bannière.

Très naïvement, j’ai tenté le truc via l’application sur le smartpomme. Je vous le donne en mille : pour gérer sa page, il faut installer l’application « Page ». Il fallait déjà installer « Moments » pour tes photos (2), maintenant il faut installer l’application « Messenger » pour discuter. Après avoir annoncé fièrement le millionième abonné, paf la nouvelle suivante : la pub va débarquer.

Ceci dit, la stratégie est la même sur Instagram. J’ai voulu y coller 3 photos d’un coup, mais pas possible, il faut installer Layout. Et pour une vidéo, il faut installer Boomerang…

instagram-application-installation-boomerang-azap-misszapinstagram-application-installation-Layout-azap-misszap

Et puis quoi encore ! 4 applis pour gérer un compte Facebook, 3 applis pour Instagram, cela devient pénible. Comme en plus, Facebook n’est pas des plus délicats et respectueux des données personnelles [(3)(4)(5)], autant tout de suite lui donner mon numéro de carte bleue, l’historique de mes déplacements et l’intégralité de mes infos, je gagnerai de la place sur la mémoire du smartpomme pour y mettre des choses plus intéressantes.

Calme…

Petit détail agaçant au possible : pas moyen d’intégrer l’adresse mail du blog. Y’a un point « . » dedans. Facebook le supprime et enregistre du coup une adresse inexacte. Donc pas de possibilité depuis la page Facebook de m’envoyer un mail. Le message reste possible, mais comme je n’ai pas installé Messenger…

Petite aparté : je n’aime que des trucs idiots ou sans polémiques possibles. Hors de question pour moi d’interagir sérieusement sur Facebook, ou d’utiliser les nouvelles réactions (6) au delà du bouton historique j’aime. C’est quand même le seul site où on te demande tes opinions politiques, religieuses, et un nombre incroyable d’éléments très personnels, et qu’on t’encourage vivement, constamment, à la limite du harcèlement, à les publier.

Mais bon, je persévère, et commence à aimer des trucs, et publier un peu sur la page.

Et là, c’est le drame. OMG !

Comment Facebook traite mes données personnelles

Toutes tes actions sur Facebook, même quand tu penses avoir tout verrouillé,  sont propulsées en tête du mur des personnes qui sont amies ou abonnées.

M’enfin, qu’est-ce que ça peut avoir comme intérêt que j’aime les lapins crétins qui font la danse de la pluie ? Si j’ai envie de l’afficher au vu et su de tout le monde, je le partage, non ?

Outre le sentiment de spammer à chaque fois que j’agis sur Facebook, j’ai vaguement l’impression d’être sous une loupe (1984 n’est pas si loin) ou un poisson rouge dans son bocal, où tout est fait pour que tu restes dans ton microcosme (7). Quand tu lis qu’une proportion importante de personnes ne voient l’actualité que via l’algorithme de Facebook qui choisit ce qui est le mieux pour chacun, même pas peur

C’est quoi ce fil d’actu qui met systématiquement en avant ce que tu aimes ou commentes au détriment de ce que tu avais choisi de voir en aimant certaines pages ? Qui ne te montre que certaines publications, pas toutes ? Qui fait tout pour que voir les publications chronologiquement soit compliqué ? Qui transforme ta navigation en parcours du combattant pour aller voir directement les pages que tu voulais suivre ?

D’ailleurs, avec les constants changements d’algorithmes qui pénalisent les pages, combien de chances statistiquement pour que ta publication soit vue naturellement ?

Proche du zéro pointé (8) sans publier/partager (spammer ?) à outrance et/ou payer pour améliorer sa portée. D’ailleurs, Facebook te poursuit tout le temps pour que tu payes.

facebook-incitations-notifications-azap-misszap

Alors que depuis toujours, on entend qu’il faut que les sites soient « user friendly », que l’expérience utilisateur doit être la plus aisée et fluide possible, Facebook, avec sa daube d’interface fait perdre un temps phénoménal. Bon Google est pas mal dans le genre, une heure hier pour essayer désespérément de changer un avatar. Je crois que cela n’a pas fonctionné.

Je vous invite à lire l’article sur le sujet de Rue89 (9), et d’aller plus avant à la rencontre de Tristan Harris (10), puis à retourner sur Facebook…

Trop pénible, trop intrusif, absolument inutile avec une page si on n’y passe pas des heures. Ce n’est que mon avis, chacun son truc. Comme je n’accroche décidément pas, que je n’ai pas particulièrement d’ambitions pour le blog, et que je ne suis pas accro au like, j’ai voulu supprimer la page.

Même ça, c’est compliqué avec Facebook. Faut attendre 14 jours. Aussi long que le délai de rétractation en cas de souscription d’un crédit immobilier, avec notifications constantes me demandant de revenir sur ma décision.

Le compte à rebours est cependant bien avancé. Autodestruction aux alentours du 11 aout. Pas de regret.

Mais ça, personne ne l’a vu, je n’ai pas payé pour booster la publication.

Et les autres médias sociaux, me direz-vous ?

Pinterest, inconditionnellement fan

je suis une épingleuse compulsive et tranquille sur Pinterest.

Ce réseau ne met pas la pression. Ne propose pas d’actions diverses & variées pour se faire connaître, promouvoir, consommer toujours plus.

Ce réseau ne propose pas des amis en allant fouiner dans nos données personnelles.

Au delà d’un réseau, c’est un véritable outil de curation vraiment très simple et pratique à utiliser. La navigation et l’interface sont d’une simplicité rafraichissante après Facebook, une bouffée d’air pur.

J’y ai enregistré quantité de liens, infographies, outils, et j’y vais régulièrement pour retrouver une référence. L’ensemble des liens de ce topic avait d’ailleurs été enregistré au fur & à mesure de leur consultation sur le web, les retrouver fut simple comme 2 clics.

Bon, il me reste encore un peu de boulot de hashtaguisation sur les nombreuses épingles à faire, mais pas d’urgence.

Snapchat, marrant ce truc !

Une découverte intéressante, à laquelle j’accroche bien, c’est Snapchat.

Là, je dis un grand merci au Mooc Rue89. Sans l’équipe, je n’aurais pas installé l’application et découvert un drôle d’univers.

OK, l’application pourtant simple m’a demandé quelques minutes avant de réussir à me l’approprier, mais après ça va plutôt vite.

C’est assez génial comme messagerie instantanée, même si l’application a besoin d’une connexion internet avec débit important. Plein de stickers marrants, on peut gribouiller une image et hop envoyée.

Très spontané, tout ça. Pourvu que ça dure avec l’intégration de Memories, permettant de sauvegarder ses superbes créations qui seront beaucoup moins improvisées du coup.

On sait très vite que tu es sur un réseau essentiellement 15-24 ans :

Toute la poésie de Snapchat...

Toute la poésie de Snapchat…

Après, tout est une histoire de comptes suivis (amis), comme partout. Du très sérieux, du sympa, ou du spontané…  J’ai subi 2 X 10 secondes de curage de nez dans le métro l’autre fois, d’un compte pourtant sérieux dont je tairais le nom.

Les filtres & stickers (ceux-là mêmes qui sont copiés constamment par les autres réseaux) sont vraiment sympas, et j’avoue m’être fait surprendre par le contrôleur dans le TGV alors que je tirais la langue à mon écran pour prendre une photo avec effet avant de l’envoyer. Et non, je ne la mettrai pas dans l’article…

Je suis preneur de comptes sympas à suivre si vous avez des pistes !

Les réseaux en test :

Je mets le nez gentiment sur Périscope et Tumblr.

Pour le premier, je suis bien entendu Rémi Buisine, quelques comptes sympas pour les JO, et le sport, ou les news. Pas encore très mûre pour en parler, mais j’ai comme dans l’idée que l’intérêt de l’expérience réside dans les comptes que l’on choisit de suivre. Parce qu’il y a vraiment de tout…

Je suis encore perplexe sur Tumblr. Qu’en dire, à part que les très nombreuses fautes d’orthographe de certains auteurs de ces blogs me piquent un peu les yeux… Même en intégrant la réforme. On va gentiment continuer à fouiller pour trouver des comptes sympas – et lisibles – à suivre.

Et au final ?

D’une « stratégie » de publication pour le blog qui semblait aller de soi, ces vagabondages au gré des médias sociaux m’ont amenée à revoir certaines idées reçues, ou au contraire à confirmer quelques bonnes pratiques.

Pas de lois ou règles absolues ici, juste ce qui me convient le mieux à moi. Chacun fait ses choix et gère son temps ou ses actions comme il le souhaite

Quoi qu’il en soit, on se perd vite sur chacun de ces médias. Étant la reine de la procrastination et du surf à l’infini, il est assez facile de passer des heures à naviguer, découvrir, farfouiller.

D’où les quelques grandes lignes que je me suis fixée :

Je vais en moyenne entre 2 et 5 fois par jour sur chacun des réseaux, et me force à couper complètement au bout d’environ un quart d’heure. On peut passer des heures à regarder le fil/mur qui se remplit constamment, ou attendre une réaction sur une de ses publications. Dès fois que…

Quand on se lance, on a vite l’œil collé à surveiller le nombre d’abonnés ou de personnes aimant sa page. Avant de comprendre qu’avec Twitter, c’est très volatile : +1 -2 +3 -2… , et qu’avec Facebook, le ratio « j’aime » vs temps passé est franchement déprimant.

Bref, j’ai bien compris l’intérêt du suivi de ses actions sur les réseaux, mais quand même, pas bon d’être scotchée aux stats.

D’ailleurs, j’ai fait le choix de déconnecter la fonction publicize du blog, pour maîtriser le format et les horaires de partage des topics, même si ça a un impact négatif sur le nombre (artificiel du coup) d’abonnés au blog.

Je vérifie toujours les liens et la cohérence titre/article avant de partager. De grosses surprises parfois : des articles complètement différents du titre, ou datant de plusieurs mois ou années, ou polémiques… Bref, une petite vérification avant de partager, même si cela signifie que je publie moins souvent, c’est pour moi l’assurance de ne pas me faire surprendre.

Petit exemple du jour d’un clickbait (ou putaclic), avec un contenu complètement à l’inverse du titre, provenant pourtant d’un média « officiel » :twitter-titre-clickbait-azap-misszap

J’essaye aussi de publier dans ma « cible ». Ce que je veux dire par là, c’est qu’en dehors de clins d’œil indiqués comme tels, ce qui est partagé reste dans le thème un peu élargi du blog. Sauf quand un truc me fait bien rire… et toujours en respectant la netiquette. Important ça, et souvent oublié.

Trois points de vigilance, que je tente de constamment garder en tête :

➡️ Toujours prendre du recul sur ce qu’on envoie, ou sur ce que l’on reçoit. Il n’est pas toujours facile de faire passer par écrit exactement ce qu’on voulait dire, et à répondre un peu vite, ça peut facilement être compris à l’envers et partir en cacahuète. Même en intégrant des émojis ou un gif.

➡️ Il n’est pas possible de modifier un tweet. Une fois parti, à part le supprimer, c’est foutu. Alors la faute d’ortaugrafe ou la modification sauvage par la fonction correctrice automatique du smartpomme, c’est cuit, elle aura forcément été vue. Valable pour les autres réseaux aussi !

facebook-citation-correcteur-automatique-azap-misszap

➡️ Enfin, la polémique part très vite sur les réseaux. J’ai vu passer de vrais lynchages pour un truc qui ne semblait pourtant pas rentrer dans la catégorie des sujets « chauds ».

Comme ce tweet qui m’a bien fait rire, mais qui a valu à son auteure un nombre impressionnant de réponses agressives :

twitter-faitdivers-smart-azap-misszap

C’est donc vite l’arrivée des trolls, les vrais de vrais, pas les gentils bébés trolls que j’avais déjà croisé (relire mon topic sur le sujet), ou les aspirants trolls que je vois depuis quelques temps.

twitter-trolls-azap-misszap

La solution idéale, l’humour.

Une belle initiative, pour la dernière Saint-Valentin, les « lettres d’amour à vos trolls » mis à jour sur le site de Franck Confino. Quelques perles du community Management à découvrir.

Ma conclusion de cette balade : tester, ne pas se mettre de pression, et surtout être bien avec ce qu’on fait.

La force est-elle avec vous ?

Les réseaux sociaux et le blog : des avancées en douceur

PS : oui, je suis dans ma période gif (via Giphy.com). Ça va passer… ou pas.

Et vous, votre réseau social préféré ?


Pour tester les outils cités :
  • Canva : pour travailler facilement tes images à destination des réseaux sociaux
  • Tweetdeck : l’outil pour gérer aux petits oignons tes comptes Twitter
  • Bitly : raccourcisseur d’url et au-delà, suivi des clics
  • Netvibes : agrégateur de flux RSS, top pour la veille
Pour aller plus loin :
Pour échanger avec moi sur les réseaux qui ont survécu à l’exercice :
  • Twitter : @Azapblog
  • Netvibes : le dashboard
  • Pinterest : plein de trucs à aller découvrir
  • La page Facebook du blog
  • Snapshat : azap.blog ou par scan du snapcode intégré sur le côté

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Excellent !! Comme d’hab !!

    Mais quel travail pour alimenter tous ces comptes …….

    Tu mérites la Palme d’Or es Blogueuse, chère Miss Zap….

    PS : je te remercie pour le lien qui dirige vers mon blog…. je ferais bien de même pour toi mais je ne sais pas comment faire ^^….. suis pas très au point à ce sujet ……

    @ + et bonne soirée

Un petit commentaire ?